Fanfic : L'alliance de l'ombre

Aller en bas

Fanfic : L'alliance de l'ombre

Message  guiominusdu56 le Mar 10 Aoû - 13:39

Voila ma fic :

CHAPITRE 1 : LE COMMENCEMENT

3 ans. Cela faisait 3 ans aujourd'hui qu'il avait tenté de tuer Ratatosk. 3 ans qu'il l'avait convaincu de laisser vivre Emil dans le vrai monde. Sa tache à lui était de garder la porte jusqu'au retour de l'esprit. Il avait pour seule compagnie les centurions qui quittaient parfois le Ginungagap pour parler avec lui mais, de toute façon, il avait toujours été solitaire. Il ne voulait que d'une seule compagnie mais il savait qu'il ne reverrait jamais cette personne de son vivant. Il aurait tellement aimé qu'il soit là, lui parler. Il était sûr que s'il avait été la, il aurait passé tout son temps à examiner chaque recoin de la pièce et en aurait tiré des conclusions scientifiques. Mais Aster était parti et il devait faire son deuil.
Soudain, il entendit un bruit. Il crut tout d'abord qu'il avait rêvé. Personne ne pouvait venir ici hormis Ratatosk mais ce dernier ne le ferait que lorsqu'Emil aurait fini sa vie. Il regarda dans tous les recoins de la pièce et ne vit rien de spécial. Il entendit à nouveau un même bruit venant de la porte qui reliait ce lieu à Sylvalla. Mais c'était impossible, Ratatosk lui-même avait scellé cette porte, personne ne pouvait l'utiliser hormis lui, que ce soit pour entrer ou sortir. Il entendit encore un bruit, plus fort que le précédent.
Richter se leva, ses cheveux ondulant autour de lui. Bien que trois ans avaient passé, il n'avait pas changé physiquement. Il portait des vêtements violets et ses lunettes étaient intactes. Il avança dans la pièce et s'arrêta devant la porte mais rien ne bougea. Peut-être devenait-il fou ? Soudain, la porte vola en éclats. Richter fut projeté à travers la pièce, ses lunettes tombèrent sur le sol. Il leva la tête et vit une silhouette sombre, un jeune homme qui se tenait devant lui. Il était grand, mince et avait le visage pâle. Il était vêtu d'habits qui étaient noirs, tout comme ses cheveux. La seule chose sur lui qui n'était pas noire était un étrange petit sigle sur l'un de ses gants, formant les lettres « AO ». Richter se releva et lança d'une voix faussement assurée :
« _ Qui … Qui êtes vous ?
_ Peu importe mon nom, répondit l'autre.
_ Comment êtes-vous entré ici ?, demanda le demi-elfe
_ Je cherche le noyau de Ratatosk, dit l'homme en noir, d'un ton calme.
_ Quoi !?! s'exclama Richter en dégainant son épée. Pourquoi le cherches tu ?
_ Ca ne te concerne pas, mais si tu ne me le donnes pas, je vais devoir le prendre par la force, conclut le jeune homme.
_ Pas question !
_ Très bien. »
Aussitôt, l'homme sortit deux épées et s'élança sur Richter. Ce dernier parvint à l'éviter en sautant et dégaina sa hachette. Les deux adversaires se firent face un instant puis s'élancèrent l'un sur l'autre, leurs armes se percutant violemment. Le gardien de la porte donna un coup d'estoc avant de reculer et de préparer un sort. L'homme en noir, pris par surprise, eut juste le temps d'éviter l'attaque aquatique envoyée par son adversaire. Richter lui lança sa hachette de plein fouet mais son adversaire la dévia et fit un sort qui le manqua de peu. Il ramassait sa hachette au moment où l'homme fondit sur lui et lui fit une entaille sur le dos. Richter poussa un cri de douleur mais parvint à reculer hors de portée du jeune homme. Il réfléchit, après tout, s'il quittait le Ginungagap en prenant les noyaux, personne ne pourrait ouvrir la porte. Mais comment faire pour échapper à son agresseur ? Soudain, il ressentit un picotement au front, puis une lumière vive inonda son champ de vision ce qui le força à fermer les yeux.
Lorsqu'il les rouvrit, il était à l'entrée du Ginungagap. La place était désertique, il n'y avait pas un bruit. Il n'arrivait pas à y croire mais ressentait encore la profonde douleur faite par son adversaire. Sans réfléchir, il prit le téléporteur. Il se retrouva entre trois rochers de même taille. Il regarda devant lui, il y avait un horizon qui s'étandait encore et encore … Comment avait-il pu réussir à sortir de ce lieu ou il avait passé ses trois dernières années. Il avança un peu puis trébucha. Il ne pouvait pas voir la blessure de son dos mais il vit une coulée de sang sur le sol. Il souffrait tellement qu'il arrivait à peine à marcher. Désespéré, il s'allongea sur le sol puis, avant de fermer à nouveau les yeux, il vit un éclat rouge vif traverser le ciel.

Lorsqu'il les rouvrit, il était allongé dans un lit. Il se releva brusquement pour voir où il était. La pièce où il se trouvait était une petite chambre quelque peu dérangée qui comportait un lit, une grande armoire et une petite bibliothèque. Soudain, Richter se rendit compte qu'il ne sentait plus la douleur, il se toucha le bas du dos et remarqua qu'il avait des bandages. Il sortit de son lit et regarda par la fenêtre, il reconnut ce lieu : C'était le village des Oracles, Iselia. Il était venu là 3 ans auparavant pour faire une affaire avec la grand-mère de l'élue. Tout à coup, il entendit un cri :
« _ Lloyd ! Il s'est réveillé !, cria une voix familière.
_ J'arrive ! »
Richter se retourna et la vit. Colette Brunel, l'ancienne élue de la régénération avait un peu changé mais elle avait gardé cette expression radieuse sur son visage. Elle portait une robe bleue et blanche. Il y eut un petit silence gêné puis Lloyd, arriva. Il n'avait presque pas changé : il portait toujours des vêtements rouges et ses cheveux étaient encore mal coiffés mais il avait grandi de quelques centimètres. Richter balbutia :
« _ Qu'est ce que … Comment suis-je arrivé ici ?
_ C'est moi qui t'ai trouvé, commença Lloyd, je volais en ptéroplan pour rentrer et je t'ai vu apparaître près des rochers menant au Ginungagap. Tu perdais beaucoup de sang et tu t'étais évanoui, alors je t'ai ramené ici et Colette t'a soigné.
_ Je … heu, merci, répondit le demi-elfe.
_ Richter, dit Colette d'une voix timide, pourquoi étais tu blessé ? »
Richter s'assit sur le lit et se plongea dans ses pensées. Il y avait tellement de choses qu'il ignorait : qui était cet homme qui l'avait attaqué ? Comment avait-il pu ouvrir la porte ? Pourquoi voulait-il le noyau de Ratatosk ? Pour l'instant, il n'avait aucune réponse et y penser n'y changerait rien. Il prit une profonde respiration et fit le récit de ce qui s'était passé, n'omettant pas le moindre détail, à ses deux interlocuteurs qui l'écoutaient poliment. Lorsqu'il eut fini, il vit leurs visages troublés. Soudain, il pensa aux noyaux de centurions qu'il avait oublié là-bas. Tout à coup, il y eut un nouvel éclat de lumière et les huit noyaux sortirent de son crâne, puis se mirent à flotter dans les airs. Colette poussa un petit cri et se mit derrière son fiancé qui recula lui aussi. Lorsqu'ils virent qu'il n'y avait aucun danger, il regardèrent à nouveau Richter comme s'ils s'attendaient à ce qu'il leur explique ce qui s'était passé mais le demi-elfe resta silencieux. Lloyd prit la parole :
« _C'est vraiment bizarre, je me demande qui est cet homme ?
_ Moi aussi, répondit Richter, bon, il faut que j'y aille.
_ Quoi ?! S'exclama Colette, mais s'il est après toi tu es en danger.
_ Justement, je ne veux pas que ce village soit attaqué, rétorqua-t-il.
_ Syback …, murmura Lloyd.
_ Quoi ? Demanda Colette.
_ Oui, je vais l'emmener à Syback, Raine pourra sans doute nous expliquer certaines choses, elle fait des recherches sur les esprits.
_ Je peux très bien y aller seul, dans ce cas, proposa Richter.
_ Ne dis pas de bêtises, répondit le jeune homme, tes blessures n'ont pas encore cicatrisé, je viendrai avec toi.
_ Très bien, mais que fait-on des noyaux de centurions ? Il faut les emmener en lieu sur.
_ Oh, j'ai une idée, dit Colette, je peux les emmener à la forteresse du cap et les confier à Emil et Marta.
_ Toute seule, conclut Lloyd, je n'aime pas beaucoup ça … n'oublie pas qu'ils peuvent te faire perdre l'esprit.
_ Je ne serais pas obligée de les porter à main nue, et je peux voler, aucun ennemi ne pourra m'atteindre. Allez, je sais que je peux me rendre utile.
_ Bon d'accord, dit-il.
_ Merci, je vais me préparer, répondit la jeune femme, rayonnante, en sortant de la chambre.
_ Quand partons-nous ? Questionna Richter.
_ Je vais me préparer, je reviens dans 5 minutes, ajouta-t-il, en sortant à son tour. »
Richter resta seul quelques instants, le regard vide, puis sortit et descendit. Le salon était assez petit, il y avait une table recouverte d'une jolie nappe et d'un vase rempli de fleurs ainsi qu'un petit canapé et une sorte de cuisine amménagée. Il sortit de la maison et attendit Lloyd dehors. Iselia était resté la même ville que dans ses souvenirs : de nombreux enfants jouaient dehors, certains en imitant Lloyd et de nombreux paysans se promenaient en bavardant avec leurs voisins. Quelques minutes plus tard, Lloyd et Colette sortirent ensemble, cette dernière ayant un petit sac ou elle mit les noyaux de centurions puis elle embrassa Lloyd avant de s'envoler en faisant des signes de la main. Lloyd fit signe à Richter qu'ils pouvaient y aller et ils se mirent en route.

Quelques heures plus tard, ils marchaient tranquillement dans une petite forêt non loin de Syback. Il n'y avait aucun animal, on n'entendait que le bruit de leurs pas. A cause de sa blessure, Richter avait du mal à se battre contre les monstres qu'ils rencontraient en chemin et se sentit quelque peu inutile. Lui qui avait tellement dit à tout le monde de se défendre seul, il regretta vite d'avoir voulu refuser au départ l'aide de l'épéiste. Pendant qu'ils marchaient, il demanda :
« _ Dis moi, Lloyd, Colette a dit tout à l'heure qu'elle emmènerait les noyaux à la forteresse du cap, mais qu'y a-t-il la bas ?
_ Ah oui, c'est vrai, tu ne sais pas, hé bien, il y a 1 an, Brute a été libéré de prison et il a décidé de recréer le Vanguard mais sans utiliser la force. Marta et Emil l'aident en tant qu'agents du Vanguard.
_ Mais alors quel est le but du Vanguard, désormais ?
_ Depuis un an, il aide les populations des deux mondes à s'accepter et tente de convaincre les sylvarantis d'utiliser la haute technologie de Tethealla, expliqua-t-il. Tu sais, je pense que … Attention ! »
Lloyd avait poussé Richter sur le coté, ils se relevèrent en même temps puis virent quelqu'un – une jeune fille - en face d'eux. Elle était vêtue de noir et avait le même sigle que le jeune homme que le demi-elfe avait affronté précédemment. En revanche, elle avait des cheveux roux flamboyants et une peau bronzée, ce qui contrastait avec sa tenue. Elle n'avait pas le moindre sourire et ses yeux lançaient des éclairs. Richter se rappela soudain d'elle, le Vanguard l'avait faite enlever : Sélès Wilder.

Hésitez pas à mettre des coms !
avatar
guiominusdu56
chevalierisé
chevalierisé

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 23/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfic : L'alliance de l'ombre

Message  guiominusdu56 le Dim 15 Aoû - 11:21

Snif, pas de coms Sad , mais je continue quand même :

# CHAPITRE 2 : UN ADVERSAIRE INATTENDU

Ca faisait quelques secondes que Lloyd regardait Sélès. Il ne l'avait pas vu depuis près de huit mois, chez Zélos. Jamais il n'aurait cru la revoir de cette façon, Sélès avait toujours été fragile bien que les dernières fois qu'il l'avait vu, elle semblait plus sûre d'elle. Le silence règnait dans la forêt, on aurait dit que même les animaux s'étaient tus. Lloyd regarda alors Richter, qui était apparemment aussi troublé que lui, avant de dire :
« - Sélès ? Qu'est ce que tu fais ici ?
- Lloyd, hum. Je ne voulais pas que tu me voies comme ça mais d'un autre coté, tu vas pouvoir convaincre ton ami d'accepter, lança-t-elle d'un ton neutre.
- D'accepter quoi ?, questionna Richter.
- C'est évident non ?, continua-t-elle en marchant lentement vers eux, de me donner le noyau de Ratatosk ainsi que ceux des centurions.
- Que t-est-il arrivé, demanda Lloyd en posant la main sur ses épées.
- Ca ne vous concerne pas, dit-elle en dégainant à son tour une grosse épée, donnez-moi juste le noyau de Ratatosk et je partirai.
- J'ai juré à Ratatosk que je ne laisserais personne s'emparer de son noyau et tu ne me feras pas rompre ma promesse !, s'écria le demi-elfe en se levant, suffoquant à moitié.
- d'accord, je ne voulais pas vous combattre mais je n'ai pas le choix, conclut-elle.
- Tu ne vas pas vraiment te battre contre nous ?! S'étonna Lloyd. As-tu oublié que c'est moi qui t'aie sauvé il y a trois ans ? »
Sélès se mordit la lèvre, elle semblait hésiter. Lloyd en profita pour se mettre devant Richter et prendre en main ses épées. Il était sur que jamais elle n'agirait comme ça, ce n'était pas son comportement habituel. Il ne la connaissait pas beaucoup mais il savait qu'elle ne ferait jamais de mal aux amis de son frère. Soudain, il se rendit compte qu'elle n'hésitait plus, depuis quelques secondes, elle prononçait des phrases à voix basse. Lloyd ne réfléchit pas et se mit de côté en prenant le bras de Richter. A ce moment, une gigantesque stalactite sortit du sol, baissant brutalement la température de l'air. Lloyd regarda autour de lui mais il semblait que la soeur de l'élu avait disparu. Par précaution, il sortit ses épées puis reçut un coup de pied sur la tête, l'obligeant à s'allonger sur le sol. Elle s'était cachée dans un arbre. Il vit Sélès du coin de l'oeil qui levait son épée contre Richter mais ce dernier la contra et s'éloigna aussitôt. Lloyd se releva, bondit vers elle et leva ses épées, déchirant une partie de la cape de la jeune fille. Cette dernière donna à son tour des coups avec son arme mais elle était moins entrainée que l'épéiste. Les deux adversaires s'avancèrent l'un vers l'autre et brandirent leurs armes. Alors qu'ils luttaient, le jeune homme entendit un cri aigu. Sélès avait relaché son arme et s'était reculé, se tenant fermement le bras gauche. Lloyd vit derrière elle Richter, il avait jeté un sort aquatique contre la jeune fille pendant qu'elle se battait contre lui. Lloyd s'approcha alors de la rouquine qui poussa un cri de douleur en donnant des coups d'épées pour l'éloigner avant de courir dans la direction opposée. Lloyd s'apprêta à la poursuivre lorsqu'il entendit un petit gémissement. Richter s'était évanoui contre un petit arbre. Le fait d'avoir lancé ce sort l'avait sans doute beaucoup affaibli. Lloyd le prit sur ses épaules et avança en continuant de penser à Sélès. Zélos savait-il que sa propre soeur était devenue comme ça ? Sans doute pas, pensa Lloyd, sinon, il aurait tout de suite cherché à la retrouver pour connaître la vérité. Il continua d'avancer et arriva dans l'après-midi à Sybak.
La ville était très animée, de nombreux scientifiques parlaient entre eux sur la grande place, et beacoup d'entre eux tournèrent la tête vers Lloyd d'un air soupconneux mais aucun n'osa lui parler. Ce dernier se rappela soudain que Richter avait été scientifique ici et que le bruit courait qu'il était le meutrier d'Aster, soudain, il entendit quelqu'un crier derrière lui, il se retourna et vit son meilleur ami, Génis Sage. Ce dernier avait un peu grandi depuis trois ans et il avait laissé poussé ses cheveux. En revanche, il portait toujours des habits bleu clair et avait l'exphère de Marble. Ce dernier s'écria, d'un ton ravi :
« - Lloyd, que fais tu ici ? Et qui est … attends, un peu, ce ne serait pas ...
- Oui, c'est Richter, dit Lloyd à voix basse, tandis que d'autres scientifiques tournaient la tête vers eux, il est blessé et il faut que je vois Raine.
- D'accord, allons à l'auberge, elle est en train de soigner un voyageur qui a rencontré un monstre, mais comment est-t-il …, commença le demi-elfe.
- Pas ici, l'interrompit Lloyd en marchant vers l'auberge.
- Ca fait longtemps qu'on ne t'a pas vu par ici, mais je suppose que tu voyageais beaucoup.
- Ouais, Depuis que Yuan m'a prêté un ptéroplan, je peux aller ou je veux, mais je crois qu'il est cassé, explique le jeune homme.
- Quoi ?! Tu l'as déjà cassé ?
- En fait, c'est quand je ramenais Richter dessus, je crois que ce genre de machine n'est pas fait pour supporter plus d'une personne, ajouta-t-il en entrant dans l'auberge. Et toi, dit Lloyd pour changer de sujet, tu es toujours étudiant ici ?
- Ouais, c'est passionant, on est en train d'étudier les esprits originels et on fera une excursion la semaine prochaine dans le temple de la terre, ajouta-t-il. »
Une jeune femme les acceuilla à l'entrée et Lloyd la vit hausser ses sourcils quand elle vit qu'il portait un homme sur son dos. Génis fit signe à son ami de monter puis ils entrèrent dans la deuxième chambre.
Elle était assez petite et ne comportait qu'un lit assez large, une armoire beige et un petit bureau. Raine y était assise et semblait plongée dans la lecture d'un ouvrage volumineux. Elle était habillée d'une blouse de scientifique constitué d'un nombre incroyable de poches et portait des lunettes rectangulaires. Elle ne remarqua leur présence que lorsque Génis toussota bruyamment. Elle leva aussitôt les yeux de son livre et s'écarta pour que Lloyd puisse installer Richter sur le lit avant de dire :
« - Oh c'est vous, je croyais que c'était la femme de chambre, que faites-vous ici, et ce ne serait pas ...
- Oui, c'est Richter, vous pourriez le soigner, professeur ?
- Bien sur, mais tu as intérêt à tout m'expliquer juste après, ajouta la demi-elfe d'un ton sévère. »
Elle prit son baton, s'approcha du blessé et se mit à prononcer des formules à voix basses. Peu après, ils décidèrent de laisser Richter se reposer à l'auberge tandis que les trois autres allèrent dans une petite maison près de l'auberge. Lloyd n'aurait jamais pu croire que cette demeure puisse être à quelqu'un d'autre qu'à Raine et Génis. L'intérieur était exactement comme celui de leur ancienne maison à Iselia. Il y avait une petite cuisine à la droite de l'entrée et un salon assez grand, dont la majeure partie était occupée par une immense étagère remplie de livres poussiéreux. Il y avait également un escalier qui menait probablement aux chambres des deux demi-elfes. Tous trois s'installèrent à la table et Lloyd raconta tout ce qu'y s'était passé, depuis la fuite de Richter jusqu'à la mystérieuse attaque de Sélès. Raine, après avoir écouté poliement, commença :
« - Pour ce qui est de la fuite de Richter et de la présence des noyaux de centurions, je pense que c'est grâce à Ratatosk. En revanche, ce que tu as dit sur Sélès est très étonnant …
- Je sais, la seule que l'on peut déduire, c'est qu'elle connait l'homme qui a attaqué Richter à cause de ce signe bizarre …, conclut Lloyd.
- « AO », je me demande ce que ça peut vouloir dire …
- Tout ce qu'on sait, c'est que Richter est en danger, l'interrompit Génis.
- Je pense que je vais aller à Meltokio, dit soudainement l'épéiste en se levant.
- Quoi ?!?, s'écrièrent les deux autres.
- Oui, Richter est en sécurité ici, et j'aimerais bien parler de Sélès à Zélos. C'est la seule piste que nous avons.
- Bon, si c'est ce que tu veux, dit Raine, quant à moi je vais parler à Richter quand il se réveillera.
- Bon, moi, je vais à Meltokio avec Lloyd !, s'exclama Génis, tout content.
- Pas question ! S'écria Raine, je te rappelle que tu as des études ici.
- Oh, t'es vraiment rabat-joie ! Dit son petit frère. Bon d'accord, tu pars quand Lloyd ?
- Je vais passer la nuit à l'auberge, et je partirai demain matin, je pense.
- Cool, je vais te montrer tout ce que j'ai fais à l'école ! »
Tandis que Génis emmenait le jeune homme à l'extérieur, Raine prit la route de l'auberge, plongée dans ses pensées.

Colette volait paisiblement, le vent dans les cheveux et portant un petit sac qui contenait les noyaux de centurions. Elle adorait ça, c'était si bon de se laisser porter par le vent tandis que le soleil luisait derrière elle. Cependant, elle ne perdit pas son objectif de vue, et lorsqu'elle vit la ville de Meltokio, elle devint plus attentive. Soudain, elle l'aperçut. La forteresse du cap, moins délabrée que la dernière fois qu'elle était venue, ressemblant à un château fort, était juste devant elle. Elle descendit doucement près de l'entrée. Après qu'elle se soit posée sur le sol, elle avança tranquillement. L'élue savait qu'il n'y avait plus de monstres depuis longtemps. Lorsqu'elle arriva au passage souterrain, un agent du Vanguard apparut et dit :
« - Oh, élue, qu'est ce qui vous amène par ici ?
- Je viens voir Emil et Marta, c'est important, répondit Colette d'un ton serein. Et s'il vous plait, arrêtez de m'appeler « élue », il n'y a plus d'élus depuis cinq ans maintenant.
- Toutes mes excuses, él … euh, madame, je vais chercher monsieur Emil et dame Marta immédiatement, ajouta-t-il en souriant. »
Colette se demandait comment ils allaient réagir en apprenant ça. Elle savait qu'Emil tenait à Richter. C'étaient sans doute les deux personnes les plus concernées par les noyaux de Ratatosk et des centurions. Après deux minutes d'attente, elle s'assit et se mit à arracher des brins d'herbe d'un geste mécanique. Tout à coup, elle entendit des bruits de pas. Elle se releva rapidement et vit apparaître Emil et Marta. Le jeune homme avait laissé poussé ses cheveux, était un peu plus grand mais portait toujours les vêtements donnés par Ratatosk. Il tenait la main de Marta. Celle-ci était habillée d'une petite robe très semblable à celle qu'elle avait lors de leurs première rencontre et avait manifestement enlevé les fleurs dans les cheveux qui étaient plus flambloyants que jamais. Apparemment, leurs sentiments n'avaient pas changés en trois ans. Marta se précipita vers Colette et la serra dans ses bras en disant :
« - Colette ! Ca fait si longtemps ! Comment vas-tu ? Dit-elle d'un seul souffle
- Laisse-la respirer un peu Marta, dit le jeune homme en ajoutant : salut Colette !
- Heu, en fait, il faut que je vous raconte quelque chose, répondit-elle, c'est assez long.
- Très bien, nous t'écoutons, lancèrent en même temps se deux interlocuteurs. »
Elle raconta alors aux deux amoureux les péripéties qui s'étaient produites dernièrement. Parfois, l'un des deux voulut lui couper la parole mais elle les empêcha d'un geste. Lorsqu'elle eut terminée, La réaction d'Emil fut exactement celle qu'elle imaginait :
« - Richter … hum.
- Hé bien, c'est bizarre cette histoire, je me demande qui est cet homme qui l'a attaqué …, se demanda Marta.
- Oui, je sais, mais vous pourriez garder les noyaux de centurions en atendant, n'est ce pas ?, demanda Colette d'une petite voix, voyant qu'ils étaient tous les deux troublés.
- Hein ? Heu oui, bien sur, je vais les amener à l'interieur. Tu viens, Emil ?, dit-elle en tendant sa main.
- Je pense que je vais aller à Sybak, dit-il en regardant Marta, il faut que je sache s'il va bien, expliqua le blond.
- Quoi ?! Ca ne sert à rien, tu as entendu Colette, Lloyd est avec lui, annonça-t-elle.
- Marta, dit le jeune homme en la regardant dans les yeux, c'est à cause de moi que Richter était au Ginnungagap, ce sera ma faute s'il meurt ! S'il te plait, il faut que j'y aille.
- Bon, comme tu veux, répondit la rouquine en évitant son regard.
- Merci, bon j'y vais »
Il embrassa rapidement Marta avant de sortir de la forteresse. Colette sentait que Marta s'effroçait de sourire mais ne dit rien. Les deux jeunes filles s'apprêtaient à entrer lorsque des bruits de pas répétés rétentirent derrière elles. Elles se retournèrent en même temps et virent le responsable. Il avait un élégant costume de ninja noir, avec une cagoule qui cachait presque tout son visage excepté ses yeux gris et vifs. Il était assez grand et musclé et portait des gants et des bottes noires. Colette le reconnut dès qu'elle le regarda dans les yeux. Kunchinawa.
avatar
guiominusdu56
chevalierisé
chevalierisé

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 23/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum